Dans la série "mon père"...

BoitecaviarMon père était un honnête commerçant. Pour pouvoir nourrir sa petite famille, il ouvrait sa petite épicerie tous les jours de la semaine, de sept heures le matin à neuf heures du soir. Tous les enfants devaient participer car la vie était difficile. L’ingéniosité et la bonté de père étaient sans limite. Le meilleur souvenir que j’aie consiste en la fabrication de boites de réveillon low-cost pour les habitants du quartier. Papa lançait ce programme de fabrication tous les ans juste avant les fêtes de fin d’année. Il se rendait alors très tôt au marché local et revenait avec plusieurs kilos de crevettes roses. Pendant ce temps nous nettoyions les pots de confiture vides dans l’évier de la cuisine qui nous servait d’arrière boutique. A son retour, il étalait les crevettes sur la nappe en toile cirée de la table de la cuisine puis il lançait sur son vieux tourne-disque un enregistrement de chants de Noël par  Nat King Cole. Le travail pouvait commencer. Il fallait être soigneux et nous y mettions tout notre cœur en pensant au bonheur bon marché que père allait procurer aux pauvres du quartier. Nous décortiquions précautionneusement les crevettes tout en prélevant leurs petits yeux noirs. Les yeux s’accumulaient dans les bocaux tandis que les corps rejoignaient des barquettes en plastique récupérées dans les poubelles du supermarché. Une fois le travail fini, tout émus, nous regardions père coller les étiquettes « caviar » sur les pots de confiture : les clients pouvaient venir, une fois de plus nous n’allions pas les décevoir .Père rangeait en sifflotant dans le bac aux produits frais les petits paniers garnis par nos soins : du mousseux, des crevettes et du caviar , de quoi passer un bon moment !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×