Poésies déglinguées, le retour

Vilaine, allons voir si la rosse.

Vilaine, allons voir si la rosse

Qui tout le soir était enclose

Sa robe de chambre sur l'oreille

A point mangé sur le vert pré

Les pissenlits qui ont poussé

Et mon thym en simple appareil

 

Chouette, chouette! Voyez comme un peu d'aise passe

Vilaine, elle a dessus la place

Chouette, chouette, ses crottes laissé choir

Ô vraiment gentille mature

Puisqu 'une telle odeur perdure

Du matin jusques au soir!

 

Donc, si vous suspectez Vilaine

Tandis que votre rage claironne

En sa plus rouge ancienneté

Plantez, plantez votre vieillesse

Comme à cette rosse la jeunesse

Ferait tourner votre beau thé.

Part de Roncière.

Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait desclose

Sa robe de pourpre au soleil

A point perdu cette vesprée

Les plis de sa robe pourprée

Et son teint au vostre pareil

 

Las, las! Voyez comme en peu d'espace,

Mignonne, elle a dessus la place,

Las, las, ses beautés laissé cheoir!

O vraiment marâtre nature,

Puisqu'une telle beauté ne dure

Que du matin jusques au soir!

 

Donc ,si vous me croyez,  Mignonne

Tandis que vostre âge fleuronne

En sa plus verte nouveauté

Cueillez, cueillez votre jeunesse

Comme à cette fleur la vieillesse,

Fera ternir vostre beauté.

 

Pierre de Ronsard

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site